Parution | Ivresses : alcool, sociabilité et création littéraire

ivresses-bnf-2016Ivresses

Alcool, sociabilité et création littéraire

Revue de la BnF n° 53

Dossier sous la direction d’Antoine de Baecque et Bérénice Stoll

Présentation de l’éditeur

La question de l’ivresse ne se limite pas à celle de l’éthylisme, ni même à celle de l’alcool, qu’elle excède toutes deux largement. Pour Baudelaire, l’« impératif éthylique » – reflet inversé de la morale d’une époque qui réprouve les excès de boisson, et à laquelle répond à un siècle de distance l’équivoque « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé » des publicités… pour l’alcool –, cette injonction, donc, s’étend bien au-delà de la consommation de vin. En effet, si l’état d’ébriété est nécessaire, la nature de l’adjuvant, elle, demeure contingente. Ce qu’Alfred de Musset résume dans la formule désormais proverbiale : « Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ? »

De flacons, il sera abondamment question dans ce numéro. Ce qu’on découvre en les ouvrant tantôt flatte, tantôt déconcerte, tantôt encore subvertit le sens commun. La question de l’ivresse peut bien s’avérer fondatrice – « unique » –, celle-ci n’en appelle pas moins une réponse plurielle. Un survol de l’histoire permet de vérifier que la vision exaltée de l’ivresse plébiscitée par l’auteur des Fleurs du mal est loin d’être partagée. De l’ivresse à l’ivrognerie, du divin nectar à l’ignoble gnôle, du vin qui inspire à la bibine qui abrutit, en un mot du spirituel au spiritueux, l’imaginaire de l’ivresse se révèle d’une infinie richesse. En permanence, il oscille entre deux pôles, positif et négatif, qui délimitent le cadre mental d’une société buvante, ou bien tempérante, voire encore abstinente, c’est selon.

Entre le culte bachique de l’Antiquité romaine et l’« ivresse joyeuse » du Moyen Âge, l’ivresse philosophique des Lumières et l’hygiénisme du XIXe siècle, le champagne de la Belle Époque et le pinard des tranchées de 1914, l’absinthe des poètes et la vinasse du prolétaire, l’alcoolisme mondain et la soûlographie ordinaire, il existe ainsi davantage de représentations, de pratiques, de sociabilités et même, dans certains cas, de véritables traditions de l’ivresse que d’appellations dans le vignoble français ! En toutes circonstances, cependant, l’ivresse agit comme un formidable révélateur. Avant d’ouvrir la séance de dégustation, on s’en remettra donc à la sagesse populaire, particulièrement créative en l’espèce, qui nous enseigne que « la vérité se trouve au fond de la bouteille ». Et que lorsque le vin est tiré…

Fiche technique

AUTEUR : Collectif
TITRE : Ivresses, alcool, sociabilité et création littéraire
EDITEUR : BnF Editions
COLLECTION : 
FORMAT : Broché, 17 cm × 24 cm, 192 pages
EAN / ISBN 13 :  9782717726787
PRIX PUBLIC : 25,00 Euros
PARUTION : 06//10/2016

Acheter en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *