Antonio Beccadelli : épitaphe d’un ivrogne

Antonio Beccadelli (1394 -1471) dit Panormita : épitaphe d’un ivrogne / epitaphion Luberae ebrii

 

Diego Velázquez, El triunfo de Baco o Los borrachos, 1629. Museo del Prado, Madrid.
Diego Velázquez, El triunfo de Baco o Los borrachos, 1629. Museo del Prado, Madrid.

Antonio Beccadelli dit en latin Antonius Panormita (c’est-à-dire “Le Palermitain”) est un humaniste italien né à Palerme en 1394, mort à Naples le 15 janvier 1471.

Traduction de Lionel-Édouard Martin

Note de l'auteur : "Pour faciliter la lecture du texte, j’ai pris sur moi de moderniser
les références aux vins les plus fameux de l’Antiquité (falerne, massique)".

Ci-gît, rejeton de Bacchus, le bon Lubère,
Né pour passer sa vie dans l’amour de son père,
Pleuré, tel un poivrot, des ceps et des buvettes
Regorgeant de tonneaux de vin point trop piquette.
À son parent, Bordeaux a dit trois fois « adieu »,
Et Champagne sa sœur, son frère Condrieu
– Et tint le goupillon l’ami de Crète, aussi,
Communément nommé, de nos jours, Malvoisie.

Passant, ne pleure pas, ou pleure du Pétrus,
– Pareillement, sois bon pour ton enfant, Bacchus !
Pas d’encens pour ce mort, ni de vains offertoires,
Ni rien du rituel du bon pape Grégoire !
Ceci assurera, seul, son repos sans fin :
Mourant, il demanda qu’on l’arrose de vin.
Que l’eau profite aux champs comme aux pêcheurs la mer :
Arrose de bons vins la tombe de Lubère !


Hic Lubera jacet: Bacchi dulcissima proles,
Effudit vitam natus amore patris.
Fleverunt utrem vites, flevere tabernae,
Quas veteris complent dolia multa meri.
Terque vale dixit germano, massicus humor,
Ter graecus frater, terque falerna soror.
In primis juxta exsolvit, cretensis amicus,
Quem nunc malvaticum rustica turba vocat.
At tu non lacrimas, sed vina veterrima funde,
Quisquis ades: nato tu quoque, Bacche, fave.
Nec sibi tura placent: nec vana precatio divum,
Nec sacra Gregorius quae pius instituit.
Unum est quod requiem praestat, pacemque sepulto.
Quod petiit moriens: ut sibi vina dares,
Gaudeat hortus aquis: madeat piscator in undis,
Dulcia Luberae vos modo vina date.

(in Carmina varia, écrits vers 1433, publiés en 1553)

N.d.T. : Cette traduction originale, due à Lionel-Édouard Martin, relève du droit de la propriété intellectuelle. Il est permis de la diffuser, à la condition expresse que le nom du traducteur soit clairement indiqué.

Source : “Antonio Beccadelli (1394 -1471) dit Panormita : épitaphe d’un ivrogne / epitaphion Luberae ebrii”, in Lionel-Édouard Martin. [En ligne.] Mise en ligne : 31 mars 2013. Disponible sur : http://lionel-edouard-martin.net/2013/03/31/antonio-beccadelli-1394-1471-dit-panormita-epitaphe-dun-ivrogne-epitaphion-luberae-ebrii/ (Page consultée le 01/07/2015).

 Liens

Acheter en ligne

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *