Frédéric Chef | Le carnet noir de Jean-Claude Pirotte : “Vaine pâture”

Jean-Claude Pirotte, Vaine pâture.
Jean-Claude Pirotte, Vaine pâture.

Jean-Claude Pirotte, Vaine pâture

Mercure de France, 209 p.

Jean-Claude Pirotte rouvre les pages d’un carnet noir – une année de poèmes -, où il livre son âme sonnante et trébuchante aux assauts d’une “mélancolie apaisée”. Sous le vent du Nord, dans le remuement des sombres dimanches d’une soupente – entre le ciel et l’impasse – il revoit sa jeunesse lointaine, ce très vieux temps de litanies gaies. Le logis provisoire où il affûte sa dépouille prochaine – ce corps malsain corps atrophié – devient le poste d’observation d’un monde qui semble finir avec le poète.

Ecrire contre l’ombre

Pirotte défie cette compagne encombrante : décevoir l’ombre est mon propos, tout en dévidant le mensonge et la chanson qui boîte. Par avance, il répond aux accusations d’être sombre : ce que je peins dans mon ombre / je le gorge de lumière / ce que j’écris dans l’hiver / ne sont que des paroles claires. La lumière, tirée d’une grisaille hivernale, jaillit des lectures purificatrices d’André Frénaud, Max Elskamp, Jacques Baron ou encore Pierre Morhange qui sait que La vie est unique. De ce dernier, Pirotte a retenu que La mort aussi toujours nous borde, peu importe, d’ailleurs : vieillir ce n’est pas mon affaire / je vis dans l’enfance du temps / quitterais-je le très vieux temps / que je le reverrais sous terre. L’âme survit-elle aux déboires du corps ? Le poète en doute, car nous mourons d’étreindre une vie / réduite à la seule existence / et nous ne savons plus que dire / au visible et à l’invisible. 

Une quête de lumière

Parmi les sursauts de l’être et l’espérance d’un chemin dépoussiéré : André Dhôtel, dont Jean-Claude Pirotte retrouve le principe “immanent”, celui d’une voie autre – l’ailleurs-ici – qui motive toute curiosité : c’est pourquoi nous allons toujours / vers ce qui nous est inconnu […] qui ne sera jamais expliqué / mais s’impose en dépit de tout / théorème de la lumière. 

Nous aurons lu cette Vaine pâture comme la justification d’une œuvre magnifique, écrite sur le bord de la route inconnue, parmi les fleurs sauvages. La quête de lumière et de pitance, au long des fossés, n’est jamais vaine, même si le carnet noir touche à sa fin… 

Frédéric Chef

Jean-Claude Pirotte, Vaine pâture
Editeur : Mercure de France
Format : Broché, 20,5 x 14 cm, 209 pages
ISBN : 978-2-7152-3422-2
EAN : 9782715234222
Prix : 16,80 €
Parution : 23/05/2013
Print Friendly, PDF & Email

Répondre à Dégustation littéraire | “La Champagne vagabonde, vineuse et littéraire” - cepdivin.org - les imaginaires du vin Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *