cepdivin.org imaginaires de la vigne & du vin /
bibliothèque en ligne

retour accueil
accueil | CEPDIVIN association | ressources | Club Cepdivin | dégustations littéraires | actualité | événements | des livres & du vin | bibliothèque en ligne | bibliographie
conférences thématiques | anthologie | galerie | annuaire | liens culturels | liens de partenariat | sites hébergés | mentions légales, statistiques | devenir partenaire ?

>> bibliothèque en ligne

Générosité intime du vin

par Philippe Margot


zoom
"La vigne, le vin sont de grands mystères. Seule dans le règne végétal, la vigne nous rend intelligible ce qu'est la véritable saveur de la terre. Quelle fidélité dans la traduction. Quelle journée sans nuage, quelle douce pluie tardive décident qu'une année de vin sera grande entre les années? La sollicitude humaine n'y peut presque rien, là tout est sorcellerie céleste, passage de planète, tache solaire. Elle ressent, exprimée par la grappe, les secrets du sol. Le silex, par elle, nous fait connaître qu'il est vivant, fusible, nourricier. La craie ingrate pleure, en vin, des larmes d'or..."

(Sidonie Gabrielle Colette)
Chaque vin est fils de la terre, de l'air et enfant de l'homme. Ce dernier, par ses soins inlassables, précis et affectifs, portera le vin à la ressemblance du lieu, lui permettant ainsi d'être nommé.

Sa générosité débute à la vigne, lorsque les racines s'en vont puiser profond, dans un terrain maigre pour, en une demi-année, prélever l'essentiel des caractéristiques d'un terroir, gardien du style, qui s'exprimera plus tard avec une subtilité déconcertante dans le vin.

Puis, il faut essayer de respecter l'intimité du vin en le plaçant à l'obscurité, l'humidité, la fraîcheur constante, l'absence d'odeurs, de vibrations et savoir le choisir au bon moment et l'apprécier entre convives sélectionnés. Faisant fi de la standardisation et de la mondialisation qui s'emparent de tous les secteurs économiques, avec pour conséquence un nivellement nuisant au plaisir, à la fantaisie, au goût, à la typicité, le bon vin demeure, bien que touché également, un joyau préservé. Cépages, terroir, microclimat, savoir-faire du vigneron, avec le ciel qui joue un rôle décisif (qui ajoute ou retranche sa part dans la réussite du vin, à laquelle les hommes et la technique ne peuvent rien); de la conjonction heureuse des cinq à la fois naîtra ce vin exquis.

Bases fondamentales, jamais semblables qu'un nombre croissant de grands vignerons utilisent avec talent pour se démarquer et pour émerveiller le consommateur. Encore heureux que dans ce domaine de la qualité de vie, comprenant la gastronomie, la dégustation hédoniste, la culture et autres arts, n'interviennent ni classements ni notations.

La générosité de ce vin qui alimente un des plaisirs permanents du corps et de l'esprit fait naître des sentiments constants et différents une vie durant, sans que ni l'habitude ni la répétition n'entraîne de lassitude, que du bien-être. Cette générosité est à tel point intime qu'elle procure une passion discrète, ressentie de manière différente par tout amateur en communion avec ce vin.

À l'instar du plaisir et des émotions qui découlent d'une oeuvre d'art, d'une musique, d'une lecture, d'une rencontre, celles que le bon vin procure, ressenties par tous nos sens mis à contribution, restent personnelles, ne se communiquant pas aisément.

Contrairement à d'autres formes de culture, celle du vin est liée au sacrifice: disparition à tout jamais de ce contenu merveilleux apprécié entre amis. On boit ensemble le vin qui délie la langue et facilite les relations fraternelles, de connivence, dans une ambiance de convivialité populaire et d'intimité. Comprenons l'œnographile qui conserve par la simple étiquette la valeur ajoutée des souvenirs de sa visite au domaine.

Pour que cette générosité intime du vin entre en symbiose, enrichisse ses adeptes, encore faut-il qu'ils la pratiquent régulièrement de manière sensible et sérieuse. Malheureusement, dans toute forme de culture interviennent pédantisme et snobisme. Ces défauts navrants nuisent au vin; le "buveur d'étiquettes" est avant tout guidé par un souci d'imitation et de distinction sociale. Ne pratiquant pas le vin en véritable oenophile, son premier plaisir consiste à faire croire qu'il sait ce qui doit être bu et qu'on le voie, avec d'autres, consommer ce grand cru.

Non, en chaque œnophile sommeillent plusieurs personnages complémentaires: un connaisseur futé, découvreur de vins intéressants, un passionné devenu connaisseur et un sensible, à la vue, à l'odorat et au goût bien développés. Retenez que l'odorat et le goût sont la première approche émotionnelle, elle permet d'accueillir le divin liquide et de se rassurer; l'intimité se tisse ainsi entre le vin et l'homme. Ceci nous donne alors envie de goûter le vin, d'écouter son discours, de profiter de son intimité généreuse.

"Le vin sollicite en nous plusieurs sens: la vue, l'odorat, le goût. Il nous permet de les exercer, de les affiner par l'effet de la succession des dégustations, mettant en jeu également notre mémoire olfactive. Par les émotions qu'il procure, sa flaveur inoubliable, son étiquette prestigieuse et rare, ou tout simplement par l'instant mémorable qu'il accompagne, il inscrit en nous des impressions colorées, odorantes, aromatiques et gustatives. Enfin, le vin est partie prenante d'un "art de vivre gourmand" qui sait apprécier les ressources de la nature." (Sidonie Gabrielle Colette)


Copyright texte & images :
Philippe MARGOT, Journaliste du vin
Quai de la Veveyse 6
CH-1800 VEVEY
phmargot@freesurf.ch

mise en ligne : 01/03/2005


Philippe MARGOT : auteur du livre LE VIN de la Bouteille au Verre aux éditions Ketty & Alexandre, 1063 Chapelle-sur-Moudon (Suisse) - N° ISBN 2-88114-045-9 ; du glossaire des Mots de la Vigne, du Vin et des Alcools mais aussi des Mots de la Cuisine, de la Gastronomie et de l'Oenotourisme, sur le site http://www.cavesa.ch ; du "Florilège de Citations sur la Vigne et le Vin", sur le site http://och.free.fr, rubrique "Citations / Le vin".

Pour en savoir plus : Philippe Margot, journaliste vitivinicolePage perso de Philippe MARGOT


haut de page